Halte aux implantations d'éoliennes.

Lettre ouverte de Brigitte Pistre, maire de Frazé, Eure-et-Loir et de Michel Couder, maire de Courcival, Sarthe pour demander l’arrêt des implantations d’éoliennes.
Une initiative à diffuser auprès des élus.

L'éolien en France

En 2020 il y avait environ 8 000 éoliennes en fonctionnement en France, avec une puissance nominale de 17 GW ( 12,5 % de la puissance totale des moyens de production électrique).

En utilisant les signes + et - dans l'onglet en haut à gauche de l'écran, vous pouvez voir les sites éoliens au niveau national et régional (avec la possibilité d'ouvrir une cartouche donnant commune, nom, nombre de machines et puissance totale pour chaque site ), et au niveau local l'emplacement de chaque éolienne.

La production a été de 39 TWh en 2020 ( 7,8 % de la production électrique totale). Elle est extrêmement variable, passant d’un minimum de 137 MW à l’heure la moins ventée à 13 409 à l’heure la plus ventée. La production moyenne est de 4 447 MW soit un fonctionnement à 26 % de la puissance nominale (taux de charge).

Dérogations et privilèges.

L’implantation des éoliennes en France n’est possible que grâce à de nombreuses dérogations et privilèges accordés aux promoteurs et exploitants, que ce soit en matière de financement, de réglementation de l’urbanisme, d’environnement, de santé ...
Les 3 principales dérogations :
- Possibilité de s'implanter dans les zones Naturelles et Agricoles des réglements d'urbanisme, normalement inconstructibles,
- Dispense de permis de construire et des règles d'urbanisme qui dépendent des élus locaux et soumission aux règles environnementales qui dépendent de Paris et Bruxelles,
- Subventionnement des recettes pendant 20 ans, et même 35 ans pour les sites rénovés (à 65% en 2020).

La vérité sur l'électricité verte

Où en sont les pays champions de l'éolien, Danemark, Allemagne, Espagne?
La France qui tous les jours a une production électrique parmi les moins émettrices de CO2 au monde, doit-elle les imiter ?

Pour un moratoire immédiat, et une redéfinition des objectifs associés à la transition écologique en ce qui concerne la production d'électricité :
Une analyse de Vent de Colère.

En France l’énergie éolienne ne sert à rien.

Commission d’enquête parlementaire sur l'impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, sur la transparence des financements et sur l'acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique Avril-Juillet 2019, déclaration de M. Jean François Carenco, président de la CRE, devant la  :

« Il ne faut pas s’y tromper, grâce au mix énergétique décarboné, composé principalement de nucléaire et d’hydroélectrique, nous bénéficions déjà de faibles émissions de CO2 et d’un prix de l’électricité maîtrisé. Nous émettons six fois moins de CO2 que nos voisins allemands et le prix de l’électricité pour un consommateur résidentiel moyen est de l’ordre de 180 euros par mégawattheure contre 300 euros en Allemagne. Le développement des énergies renouvelables électriques ne sert donc pas à réduire les émissions de CO2. Il faut le rappeler, car on dit beaucoup de mensonges à ce sujet. Cela n’a aucun sens et procède d’une forme de populisme idéologique.»

L’éolien, une industrie peu productive, intermittente, générant des nuisances, vient au contraire dégrader une situation qui place aujourd'hui notre pays parmi les plus éco-responsables de la planète grace à sa production électrique décarbonée.

Note du Haut Commissariat au Plan.

Le Haut Commissariat au Plan a publié 23 Mars 2021 une note très critique sur la politique énergétique française. Quelques extraits mais la note mérite d’être lue et diffusée largement :

Augmentation massive de la consommation d’un côté, diminution massive de nos capacités de production de l’autre, le simple rapprochement de ces deux orientations montre qu’il existe un gouffre entre l’évolution annoncée de notre consommation électrique et celle de notre production. Il est inéluctable que nous allons droit à des difficultés considérables et même à une impasse, nous empêchant techniquement de remplir en même temps les objectifs que nous prétendons solennellement avoir fixés ! (page4)

Pour obtenir une augmentation massive de la production d’électricité renouvelable, une des principales difficultés résiderait dans l’artificialisation de grandes surfaces foncières par des unités de production photovoltaïques et l’altération des paysages par des éoliennes à terre ou en mer. La réponse à ce défi est-elle facile ? Probablement non. (page 8)

Rapport de la Cour des Comptes.

La Cour des Comptes dans un rapport de mars 2018 dénonce le coût exorbitant et l'inefficacité des énergies renouvelables (EnR) intermittentes que sont l'éolien et le photovoltaïque. Elle demande un rééquilibrage des soutiens vers les EnR thermiques : « Ainsi, compte tenu de son profil énergétique peu carboné, si la France avait voulu faire de sa politique en faveur des EnR un levier de lutte contre le réchauffement climatique, elle aurait dû concentrer prioritairement ses efforts sur le secteur des EnR thermiques qui se substituent principalement à des énergies fossiles émissives de CO2 ».

Les 3 académies (médecine, sciences, beaux arts) contestent le développement de l'éolien industriel.